Août & Décembre. August & December.

Cela s'est passé en 1954. Chaque date est importante. 54 accouche du premier. Chaque mois est important. Août est un bon mois. Les fleurs sentent bon. Il y fait chaud et doré. On marche pieds nus. De la mer, arrivent les messagers. Les seins gonflent comme les voiles d'un bateau.  Il y a des orages et des rêves. Dans la nuit étoilée, l'amour connaît son nom. Août est un bon mois. Décembre est un bon mois aussi. La lumière se fait tôt. L'aube est claire et pure. On allume des bougies. On se serre plus fort. Il y a des rayons et des songes. On traverse la nuit. Les arbres nous parlent. Décembre nous invite à voyager. On voudrait chanter plus fort, et l'on chante plus fort. L'amour espère. Un jour, rendant grâce, agenouillé à la porte du monde, il comprendra et se mettra à croire. En août comme en décembre, le ventre est rond comme la terre, et la vie, indomptable, plus puissante que la mort. Tout a été créé. Tout est à créer. Tout se réinventera. Août est le jour traversé par la nuit étoilée, et Décembre la nuit étoilée qui féconde le jour. Août et Décembre inaugurent la saison des fleurs de vanille et de cacao qui s'abreuvent à la même source. Chaque date est importante. Cela s'est passé en 1954. J'avais vingt-et-un, trente-trois, ou quarante-deux ans. Je ne me souviens plus très bien. Je me promenais en léchant les vitrines. J'étais jeune et blessée, vulnérable encore, seulement je pouvais voir les puissants agir car ma route avait été longue, j'étais venue de si loin, de si loin que je ne veux pas en parler, et j'avais rencontré mon vrai et grand amour, beau comme l'ébène, vif comme le vent. Je m'étais mise à écrire pour lui beaucoup de poèmes, beaucoup. En d'autres temps, on aurait pu le lyncher pour cela. Moi aussi. Là, je me promenais simplement dans les beaux quartiers, léchant les vitrines, les yeux avides et écarquillés, tombant soudain en arrêt sur la plus belle des robes blanches. Un rêve d'août et de décembre sans doute. J'avais prié Dieu dans toutes les églises pendant un an pour que ce jour advienne.  J'avais tellement prié. Et Dieu m'avait boxé en songe. 1954. Cela s'est passé en 1954. Je dois sourire encore.  Août accouchera de Décembre aux beaux jours, et personne ne sait ce que j'aurais pu vouloir dire. Je dois laisser les lignes filer et ne rien dire. Il ne faut jamais rien dire quand on a failli mourir. Juste sourire. Un grand amour. Aussi puissant que la foudre. Cela s'est passé en 1954. Je ne peux pas finir cette histoire car elle n'est pas finie. Cette histoire n'a pas de fin.

Please reload

Featured Posts

Quelles que fussent les raisons qui me poussèrent à partir

- Je peux encore me rappeler le voile qui tomba à mes pieds

- Et encore vaguement le silence...

...

August 30, 2015

1/1
Please reload

Recent Posts

February 6, 2019

Please reload

Search By Tags
Please reload

© 2015 by Ma Saïsara